À l’aéroport

Assis pendant dix heures

Vivement que ce labeur

Inévitable prenne fin

On sera vite à demain

Nuit blanche jusqu’au matin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *